Categories
Releases Together Videos

The story of Flowers and the making of ‘Island View’

Inside of the gatefold sleeve of Doom City – illustration: Xsullo
Roos, lead of Flowers:

Who would’ve thought that soon after the release of our debut album Doom City the whole world became pretty much a Doom City? A world floored by a virus. People wearing masks. Governments punishing citizens who gather in crowds. An apocalyptic image. And the worst of it all… no more concerts! (hehe)

Right before Covid-19 had hit Europe, we just finished a small tour in France. With a new drummer. Because just after the release of Doom City, the drummer of FLOWERS and one half of the duo, had decided she wanted to leave the project to make space for other things. Luckily Joris Frowein (Rats on Rafts, Lewsberg) wanted to jump in and join me on tour. 

FLOWERS at Le Temps Machine Tours, FR –  Photo: 2ème Rideau Association

There were more shows planned after that, but they all got cancelled due to the virus, like all the live shows for every other performer. We were all stuck in our houses. On our little private islands. Hoping it all will pass soon. Trying to make the best out of it. Trying to use the time as productive as possible. Looking for new routines, things to make, things to learn and things to do. Things you usually never have time for. (I heard so many stories of people exploring unknown territories, sometimes compulsively to not lose control or your mind.)

FLOWERS at Le Petit Bain Paris, FR – Photo: Céline Non

Through the Luik Music Twitch channel I started to do a lot of livestreams, collecting and playing ambient tunes (one of my favourite things to do) while making live drawings. It gave me a weekly routine, which was quite nice, to not go mad or get bored. I started learning more about coding, starting free Harvard courses and learning how to make Instagram face filters. Thinking, maybe things will get to normal at some point. But it didn’t.

After some weeks in these weird Corona times I slowly started to switch from missing playing shows, and waiting for venues to reopen again, to thinking about the future of FLOWERS. What would be something I would want to make next with this project? In a time without shows? And also with a change within the band. In these times I couldn’t do many things, but I could go into the studio alone… So I did.

I started to write some songs again and tried out new things with my guitar. Inspired by bands like Nadja, Sunn o))), other doom metal bands and ambient artists I started experimenting creating ambient drone doom. Just with my voice, my guitar, and some new pedals. I surrounded myself in a gloomy, sensitive, dark, but uprising atmosphere. And I am still in the writing process, but something is growing. I don’t know yet where it will lead me, but I do feel that it will grow from where I ended with Doom City – the ballad: Island View.

And today we’re releasing something special for this song, a visual ode to celebrate the one year anniversary of our debut album. A 360 Island View on a Doom City reality. Made by the magnificent artist Amos Mulder. So excited to share it. Hope you enjoy watching it.

And on top of this, more good news: last week (finally!) I was extremely happy to hear that one of our cancelled and rescheduled shows was actually happening. I was on stage again, after more than six months. Oh man, what a joy. Sharing your music with others, feeling the growl of my guitar, headbanging, listening to other bands live, talking with strangers and friends about music after the show. I feel so grateful this could happen. Hopefully we’ll play some more soon!

Listen to ‘Doom City’ LP by Flowers
Subscribe to our newsletter for more very cool stuff
Categories
Fille de Choix Luikster

Fille de Choix #10

Girls go BOOM : Girls putting girls on stage

Girls go BOOM is a flemish feminist collective. Way before SCIVIAS, they had already given themselves the mission of fighting for women to have a better representation in music, mainly in the punk/alternative scene. They organize gigs with female bands, but also talks, workshops, debates… all of that in the purpose of seeing more girls on stage, in front of the stage, or working behind the stage, and hoping to create a vertuous circle where girls can inspire girls to take up more space and finally own the musical landscape. Follow what they do on Facebook, and don’t forget to lead a little fight of your own everyday…

What we see in the music industry today is sadly very much a mirror on what’s happening in the rest of society. We live in a patriarchal system where certain structures are in order to keep almost all the power in the hands of rich, straight, white, cis men. And even though women are half of the world’s population, in music as in greater society we are a minority. Because we have a smaller share of this stupid power thing. There aren’t only a few women on stage, but also in the (sometimes smelly, sometimes fancy) backstage. Most of the people in the industry are men. That means bookers, managers, artistic directors, sound technicians, record label owners,… Except in communication jobs – cause you know where so good in things like talking and writing and stuff – the whole music industry is super male dominated (ironically, they never let us speak though). Could the fact that it’s almost always men deciding who gets on stage be a reason why we see so few female artists? Hmmm, my spider woman sense says yes.

Throughout history the public sphere has always belonged to men while women belonged in the private sphere. You did your manly man things outside (war! politics! more war!) while we did our womanly things inside. Just think about the Victorian cliché of the Angel in the House while the husband went out to work, wore a monocle and smoked cigars in the gentlemen’s club. And even though we’re not in the 19th century anymore, we still see that men claim all the space in the public sphere. From minister posts, to speakers on conferences, to CEO positions, to interviews on tv and yes, that spot on the festival stage. Seriously, have you ever noticed that when a woman and a man cross each other on the sidewalk, the woman almost always take a step aside to let the man pass? That’s because men have the privilege to literally take up space.

We need these patriarchal structures dismantled. We need more girls and women taking up space and letting their voices heard. We need to listen to experiences of women and other minorities. Did anyone ever think that we might also like to have pockets in our pants? We do. And you know, things like equal pay and the right to our own bodies of course. We need to rethink what power means and how we deal with it.

There’s too much shit in the world going on for us to only listen to songs of sad boys crying over their broken heart. We need women screaming over a distorted guitar for the right to abortion, we need trans people making beats and rhymes about their experiences, we need ballads from black people on decolonization, we need folk songs on how capitalism is fucking up the climate and we need to sing/chant/carol/shout/grunt collectively on how refugees are welcome.

We need more girls to the front. We need our non-binary and trans friends up there with us. We need more male allies and we need to work on the issues women are confronted with at the same time we’re tackling problems dealing with racism, classicism, fatphobia, disabelism, ageism and other form of oppression.

To do so we need to claim space and to make noise. We need to go, ahum, BOOM.

Girls go BOOM
Here is their selection, almost a 100% queer/female.
Witch Fever / © Jeroen Jacobs Photo Projects
Categories
Releases Together Videos

Migration, Europe, Guilt: la création de ‘Missed Shots (مشاعر فوضوية)’ avec Morgan Liesenhoff, réalisatrice.

Vous l’avez loupé, un des clips les plus ambitieux que Luik a sorti cette année? Toute première vidéo du tout premier single du tout nouveau projet de François Custers ‘Guilt‘, ‘Missed Shots (مشاعر فوضوية)’ donne un espace aux personnes immigrées. Morgan Liesenhoff, réalisatrice du clip, raconte l’aventure humaine vécue tout au long du processus de création de ‘Missed Shots’.

Bon je ne vais pas vous mentir, faire ce clip n’était pas une mince affaire.

Tout d’abord parce ce que c’était mon premier clip (je viens plutôt du documentaire) et puis parce que je devais le co-réaliser avec François, aka Guilt, qui se trouve être en fait mon partenaire de vie. Chacun avait à cœur sa mission: rester fidèle aux paroles pour François et rester attentive à la narration qui se dessine à travers les images choisies pour ma part. Finalement, même si on peut tous les deux être assez têtus, on a réussi à s’écouter mutuellement et à produire un résultat qui nous plaît encore plus que si on l’avait fait seuls. 

Je pense que le deuxième challenge, peut-être le plus important, était d’arriver à parler migration et difficulté d’intégration alors que ni François ni moi n’avons vécu ça. On s’est donc dit qu’il fallait impérativement collaborer avec les premiers.es concerné.es.

Nous avons d’abord fait un appel au partage d’images via plusieurs associations et plateformes de soutien aux réfugiés, notamment en Belgique et en Turquie. Notre première volonté était de monter un clip seulement à partir d’images tournées au smartphone par des personnes réfugiées lors de leurs voyage jusqu’en Europe ou d’images de leur quotidien aujourd’hui. 

Malheureusement cette idée s’est avérée un peu naïve car les smartphones sont souvent volés, confisqués ou cassés lors du voyage. Les rares images que l’on retrouve finalement dans le clip sont celles envoyées par Marie Tihon, une talentueuse photographe belge qui couvre, entre autre, les vagues migratoires depuis la Turquie (et dont je vous conseille fortement de découvrir le travail), et par Josoor, une association qui aide les migrants.

Au final, on a changé d’idée en décidant cette fois de mettre en relation des récits de réfugié.es, coincé.es aux portes de l’Europe ou vivant sur le sol européen avec ces plans des bâtiments et statues iconiques du quartier européen à Bruxelles. Par ce contraste, on souhaitait faire naître la réflexion autour du paradoxe de la symbolique portée par ces institutions, le rapport aux valeurs morales, démocratiques et humanitaires qui font la fierté de l’Europe et celles et ceux qui ne demandent qu’à avoir ces valeurs appliquées à eux.elles également. Il était important pour nous de jouer sur la symbolique, la métaphore, en concentrant le regard sur ces personnes dans leur humanité.

En plein confinement Covid, c’était évidemment impossible de nous déplacer en dehors de la Belgique et on a donc pris contact avec notre ami Dimitri Petrovic. Il nous a laissé utiliser des images de son documentaire The Way Back. Dans le film, on suit Hussein, un musicien qui part faire le voyage vers l’Europe qu’il a entrepris cinq ans plus tôt mais à contre sens. Il y emmène avec lui sa femme enceinte qu’il a rencontré en Belgique, pour qu’elle comprenne ce qu’il a traversé. Un très beau documentaire qui nous avait énormément touché.

Pour les images tournées en Belgique et en plein confinement (chut !), on a pu compter sur l’aide de Karam, qui a coécrit la chanson avec François. Né de parents palestiniens réfugiés en Syrie il a dû fuir son pays d’asile pour la Belgique après avoir critiqué le gouvernement de Bachar Al-Assad et rejoint la révolution syrienne. Aujourd’hui il travaille en tant que traducteur interprète pour Médecins Sans Frontières notamment.

Il nous a présenté à des amis réfugiés rencontrés à son arrivée en 2014. Ces rencontres ont été plus fortes les unes que les autres. Toutes leurs histoires étaient uniques et pourtant tous ont vécu l’injustice, le déracinement et bien souvent le rejet de l’Europe. Aujourd’hui ils se reconstruisent loin de leurs familles, de leurs amis. On retrouve en chacun d’eux une force de vivre et de se battre comme rarement on la croise.

C’est celle-ci qu’on a voulu mettre en avant dans le clip de Missed Shots. À travers des moments de vie simples, des regards assurés, parfois durs et confrontant, parfois empreints de douceur. Le clip ne veut pas imposer une histoire mais laisser libre champ à l’interprétation, approcher ces récits et visages pour ce qu’ils sont plutôt que pour ce qu’on en pense. Et laisser, en fermeture, l’appel de Karam Alhindi se déployer dans toute sa force, au travers d’une séquence où il se réapproprie la parole et la caméra.

Morgan Liesenhoff
PSSSST, ON A UNE SUPer NEWSLETTER…
Categories
Fille de Choix Luikster

Fille de Choix #8

camille loiseau: li(b)re.

Pèle-mèle: Le Vecteur, l’A210, les Grenades, de la photographie (coup de coeur Fisheye Magazine #290), du féminisme, du bon goût et dernièrement, la moitié de l’idée originale ‘li(b)re‘, groupe de lectures partagées à voix haute né du confinement. Le futur quoi:

J’ai débarqué à Bruxelles il y a 8 ans, excitée à l’idée de découvrir une scène musicale foisonnante. À l’époque, ma culture s’était construite en ligne et il s’avérait difficile de déceler les organes génitaux cachés derrière un pseudo Soulseek. Femme ou homme, peu importe. (Je crois que c’est le moment où on rappelle que vulve n’est pas nécessairement égal à femme et pénis pas forcément associé à un homme. Voilà, c’est fait, on peut continuer.)

Le choc a eu lieu sur le tard : au Magasin 4, Ateliers Claus, Rumsteek, VK (…) on n’était que très peu de femmes, sur scène comme dans le public. J’ai ensuite travaillé au Vecteur à Charleroi et à l’Atelier 210 à Etterbeek pour réaliser que le bilan n’était guère plus réjouissant côté backstages (et pourtant, quelques années plus tard, les choses changent doucement /clap clap Scivias/).

Alors avec les quelques nanas que je croisais tous les week-ends, souvent entre deux bières et quelques gouttes de sueur, il a fallu se retrousser les manches : Axelle, Elisabeth, Julie, Maureen, Audrey, Lucie, Elise, Fatoo, Clara, Nathalie, Rita,… Et si on commençait à faire du name-dropping de meufs badass, histoire de visibiliser un peu celles qu’on laisse trop souvent dans l’ombre?

La visibilité, c’est sans doute un des vecteurs du changement. D’où l’intérêt de ces playlists (merci à LUIK pour ça!). Trois lignes directrices bercent cette sélection : femmes, eccléctisme et indépendance. La totalité des groupes et artistes choisies sont exclusivement féminines ou ont un lead féminin. Beaucoup sont signées sur des labels indépendants qui prônent les valeurs du do-it-yourself. Le tout dans un éclatement des styles et des “frontières” musicales qui j’espère vous déstabilisera autant qu’ils vous charmera. 3h30 d’écoute qui, grâce à un simple copier-coller, vous fourniront une réponse toute faite à “La musique, c’est un truc de mecs.” Bonne écoute, bon combat ! 

Camille Loiseau
Photo: Maurine Toussaint
TRACKLIST

Turiya & Ramakrishna – Alice Coltrane

Waltz – Fatima 

Philos – Park Jiha 

Tsuba O Te Ni Nokosu – Golin, Buga

Dream Girl – Ivy Sole 

A Mulher do Fim do Mundo – Elza Soares

The Strut – 30/70 

C’est normal – Brigitte Fontaine

Come Meh Way – Sudan Archives

Healer – Sampa the Great, Zaachariaha 

Diddy Bop (feat Cam O’bi & Raury) – Noname

Unemployed – Tierra Whack

1,618 – Charlotte Adigéry

With a Cherry on Top – Sneaks

Songs about you – CHIKA

Once – Nubya Garcia

Honeycomb – Kadhja Bonet

Atoll – Nai Palm 

Carry-Cot – Colleen 

I Hope You Die – Molly Nilsson

Morning Matters – Yazmin Lacey

Natural Woman – Kaiit

Je pleure tout le temps – Veronique Vincent, Aksak Maboul 

Aloha Miami – The Dreams

Le soleil dans le monde – Domenique Dumont

I’m a Dreamer – Josephine Foster

Downers – Greentea Peng

Aidez-moi – AUSGANG

Evanouie – Meryem Aboulouafa

Try – Madison McFerrin

The Mark – Cold Specks

Wake (for Grenfell) – SEED Ensemble

Tonight You Might (feat Lady Wray) – Synthia

Verse – Rhye

You’re on your own – Annelies Monseré 

Sometimes I feel like a Motherless Child – Jeanne Lee, Ran Blake

Trail of the Smiling Sphinx – Matana Roberts 

For the sun – Marissa Nadler, Stephen Brodsky 

Lessons – Kate Tempest 

After laughter (comes tears) – Wendy Rene

Free Again – Arima Ederra

The List – Moonchild

Sango – OSHUN 

A Ghost in the Train, thinking – Eiko Ishibashi 

Heavyweight Champion of the Year – Nilüfer Yanya

Babylon – Delilah Holliday 

101 FM – Little Simz 

Afqid Adh-Dhakia – Nadah El Shazly

GFM – Blu Samu, Daiko 

De mon âme à ton âme – KOMPROMAT, Adèle Haenel 

Categories
Together

Petit label indépendant en confinement

Disparition du live, ventes physiques qui stagnent, question du livestream… On témoigne dans cette carte blanche de la situation particulièrement délicate qu’on traverse. On vous explique aussi le boulot qu’on fait, parce que finalement, c’est quoi un label?

Retrouvez le texte intégral dans une carte blanche Focus Vif et des morceaux mis en lumière dans un bel article sur Moustique, merci les amis.

Zoom vie: Endless Dive
Zoom vie: Wuman
Categories
Fille de Choix Luikster

Fille de Choix #7

Minous Sanglants, le fanzine tourangeau qui se fait les griffes.

“En essayant d’être le plus transparent, respectueux et sincère possible, Minous Sanglants aborde des questions et des problématiques de société liées aux femmes et aux minorités.”

Quand Luik Music nous a lancé le défi de réaliser une playlist pour “Filles de choix”, on a d’abord été hyper flattées et fières. Chez Minous Sanglants, on a à coeur de lutter contre l’invisibilisation des femmes, et notamment dans le secteur culturel et musical. Il nous a donc semblé évident de proposer une playlist 100% féminine, avec des artistes ou des groupes dont au moins l’un des membres est une femme. Cette playlist est (très) éclectique, composée de morceaux qui nous accompagnent au quotidien. T’y trouveras des classiques, des vieilleries, des titres récents. Peut-être que t’y découvriras même ton nouveau morceau fétiche ? On espère que ces tracks te remplieront d’amour. En tout cas, on y a mis tout notre coeur.

Minous Sanglants
DISCOVER ‘MINOUS SANGLANTS’ FANZINE
Marion Legoff
TRACKLIST

SORRY - CAMILLA SPARKSSS
RADIATE - JEANNE ADDED
TOOK A LONG TIME - CARLA DAL FORNO
LA FIN DES TEMPS - MANSFIELD.TYA
WHERE WE STARTED - DEAR CRIMINALS
LES PÈRES PLEURENT EN ÉCHO - LEONIE PERNET
STRANGE WAYS - C.A.R.
HEARTS IN PAIN - RANDOM RECIPE
CARBON CONTENT - CALLING MARIAN
PAIN - BOY HARSHER
ADIEU AU DANCEFLOOR - MARIE DAVIDSON
SPACE SONG - BEACH HOUSE
CHAMBRE2 - IRÈNE DRÉSEL
INTERN - ANGEL OLSEN
UMUSUNA - FLÈCHE LOVE
SHADOW - CHROMATICS
MARAKA - MAY EAST
DANCING GIRLS - FARAH
CRUEL SUMMER - BANANARAMA
HEARTLESS - EVELYN THOMAS
GONNA GET OVER YOU - FRANCE JOLI
HOW ABOUT IT - MDMC
SOLA - LA CHICA
MANTISSA - MARINA SATTI
TIGER SONG - EMILIE ZOÉ
HOLY BIRDS - ROPOPOROSE
SUPERNATURAL POWERS - PETER KERNEL
ALWAYS FOREVER - CULTS
BELLALUCY - MELISSA KASSAB
GOCA DÜNYA - ALTIN GÜN
ICELAND - LUCIE ANTUNES
MY TRUTH - COCTEAU TWINS
FALLING - JULEE CRUISE
WHISKEY SOUR - MOLLY NILSSON
MELTED - GEYSIR
SHE WILL - SAVAGES
SERENITY - DRAHLA
SYNAPSE - LINEA ASPERA
GALLOWDANCE - LEBANON HANOVER
RETOX - ESSAIE PAS
NOV POWER - NOVA MATERIA
SANKI HIÇ DURMADI - KIM KI O
THE FIGHT - SILLY BOY BLUE
JONATHAN - CHRISTINE AND THE QUEENS (feat. Perfume Genius)
SYMBOL - ADRIANNE LENKER
HORIZON - ALDOUS HARDING
HUNTER - BECCA MANCARI
S.I.T.C. - COALS
FELLOW - LAETITIA SHERIFF
WE MIGHT BE DEAD BY TOMORROW - SOKO
LET'S MAKE LOVE AND LISTEN TO DEATH FROM ABOVE - CSS
MOODY - ESG
DECEPTACON - LE TRIGRE
UPTIGHT DOWNTOWN - LA ROUX
THE BEST THING - CHARLOTTE ADIGÉRY
BREATHE YOU IN MY DREAMS - TRIXIE WHITLEY
DEMONS - GRANDE
GREASY GRASS - SHE KEEPS BEES
ROMANCE - EX:RE
YOU COULD BE MORE AS YOU ARE - SAÂDA BONAIRE
L.A. NIGHT - YASUKO AGAWA
ON RETINAE - DIP IN THE POOL
LUAR - PRISCILLA ERMEL
VOICES FROM THE SKY - MAUD GEFFRAY
THE HOST OF SERAPHIM - DEAD CAN DANCE
A LOT'S GONNA CHANGE - WEYES BLOOD
Categories
Releases Videos

Annabel Lee: première tournée et apocalypse.

Audrey Marot, lead d’Annabel Lee:

Notre première tournée avait pourtant débuté sous les meilleurs auspices. Vankou nous avait fait un Tetris aux petits oignons, tout rentrait dans ma voiture, alias « le corbillard ». Le soleil brillait, on avait un carton de bières de l’Ermitage dans le coffre, notre date à Lorient était finalement maintenue et on était excités comme des gosses. Nos seules préoccupations ? Faire fonctionner l’écran de l’autoradio et savoir où on allait s’arrêter pour manger.

Arrivée à Saint-Sauvant, date 1: on réceptionne nos disques qui sont arrivés juste à temps, on les écoute, tout est nickel. Accueil de dingue, cadre incroyable, logement à l’hôtel en face du lieu ; le pied.

Date 2, Angers, ça dérape. Hugo, notre batteur, tombe malade. Genre vomissements, fièvre et tout le tralala. Pas pour rigoler. On l’a donc envoyé chez le médecin en s’imaginant déjà faire la date à deux, Vankou et moi. A contre cœur, bien entendu. Good news, pas de coronavirus pour notre nanard national, une petite pharyngite. Hugo puisera dans ses dernières ressources pour faire le concert avec nous, et assurer jusqu’au bout. Trop bien. La salle est pleine, on vend du merch, tout roule.

Le lendemain, on joue à Nantes, date 3, et c’est moi qui ai la crève. J’ai mal à la gorge et ce que j’expectore n’est pas beau à voir. Vankou avait été bien inspiré de m’offrir un sirop aux plantes spécialement pour la voix. « Tiens, cadeau pour ta première tournée, moi ça m’a déjà pas mal sauvé ». On lutte, les conditions ne sont pas au top, mais on tient le coup. Le tenancier du bar a des problèmes avec le voisinage et on doit jouer super bas. Mais il semblerait que le public soit tout de même conquis.

Date 4, direction Rennes. La nuit a été réparatrice et tout le monde va mieux. C’est notre petit Vankou qui a un peu du mal ce jour-là, perturbé par sa nuit rythmée au son des « à l’aide » miaulés par le chat derrière la porte. Arrivés à Rennes, on retrouve la petite Marie. Cidre, galettes complètes, on est bien. « Vous êtes bien, putain ». Direction la salle où on retrouve notre ingé son Nini, les mecs de Galère (Xavier, leur batteur, est aussi ancien batteur d’Annabel Lee, c’est cool de le revoir), c’est la teuf. Une fois de plus, il y a du monde au concert, et on vend du merch. On hallucine un peu, c’est trop cool. Avant de repartir, on a rendez-vous avec Fanny chez Buzztattoo, et on y passe tous les trois, histoire d’immortaliser la tournée.

Date 5, le Galion, Lorient (Charlouze-sur-mer). On est dans la voiture, il pleut, on écoute des chansons tristes, et je pleure sous mes lunettes de soleil. On apprend que tout commence à fermer et que les dates s’annulent à la pelle. On a deux concerts en Belgique deux jours après, et ça semble compromis. On sound check, on dîne, et la salle ne se remplit pas. On est déçus, on se dit que c’est probablement notre dernier concert avant belle lurette. Et puis finalement, le public arrive en masse à 22h, pile à l’heure. Pas de four pour notre première tournée, donc. Un four, c’est quand tu joues devant genre le barman, l’ingé son et le gars qui fait les entrées. (Moi qui étais vierge des tournées, je ne connaissais pas ce terme).

Le lendemain, retour en Belgique. Le chat de J-B, notre hôte, a pissé sur mon écharpe, c’est l’enfer. Après quelques courses aux halles, on prend la route. C’est moi qui fais les premières heures tandis que tout le monde somnole. « Hugo sérieux c’est bizarre ce petit bruit quand j’appuie sur l’accélérateur ». « Non non t’inquiète c’est normal ». « Ouais avec Black Sheep on a déjà eu ça aussi, pas de stress » rétorque Vankou. Deux heures après, on était sur la bande d’arrêt d’urgence avec la voiture en panne. Le fameux corbillard, tu te souviens ? Une dépanneuse plus tard, on se retrouve à poireauter sur le parking de Pont-l’Évêque (comme le fromage), à 3h30 de la Belgique. On est vendredi, il est 17h30, en pleine crise de coronavirus, autant dire que c’est pas gagné, et la meuf de l’assurance en a pas grand-chose à faire. Pas possible d’avoir un véhicule de remplacement, surtout une familiale avec suffisamment de place que pour pouvoir ramener le matos ; la cocotte au bout du fil nous propose de rentrer en train, avec le matos sur les genoux. Heureusement, Jeff le papa de Vankou se dévoue pour venir nous chercher avec sa camionnette. On attend, on va boire un coup dans le troquet du coin, on mange des frites. L’autoradio refonctionne pour la première fois de la semaine, ce bâtard. Jeff arrive tel le messie et on rentre à Mouscron. Tous nos concerts sont annulés jusqu’à nouvel ordre. À la déprime post-tournée s’ajoutent la solitude et la quarantaine, chacun chez soi.

Je viens de recevoir un mail de Denis Tranquille (!!!) le garagiste chez qui on a laissé ma voiture à Pont-l’Évêque :

Bonjour,

Nous sommes fermés depuis hier, votre véhicule peut être récupéré après la fin du confinement. Désolé pour le dérangement.

Cordialement.

Notre premier album “Let the kid go” est sorti ce vendredi 20 mars. J’ai fait un petit live en solo depuis la maison, histoire de marquer un peu le coup et de se mettre du baume au coeur.

Revoir le live sur la chaîne Twitch de Luik
Abonne-toi à notre newsletter pour ne rien manquer de chouette

Categories
Releases Videos

“Ashamed” de Endz, la naissance du single.

Fabrice Detry de Endz vous raconte le tournage de ashamed. l’album ‘HARMED’ sort ce vendredi 13, pré-commande!

Ashamed
A castle made of sand in Korea
Donald meeting Kim diarrhea

L’envie de donner son avis, sur tout, sur rien, sans arrêt. Voilà l’idée derrière Ashamed, notre dernier single. Pour une fois, nous allons laisser parler le troll qui sommeille en nous. Rendez-vous à l’area 42 en ce matin d’avril, pour peaufiner notre hymne à la vacuité. La musique est prête. Un chanson pop à la reverb garage, ostensiblement répétitive et chantée sans chichi, sur un ton limite cartmannien. Le plan, c’est de recréer le bourdon lancinant que l’on ressent à la lecture d’un newsfeed mal calibré, et d’imiter notre tonton Jackie, ou Raymond Calbuth, qui organise le monde depuis son canapé. Tout fout le camp, on vous le dit nous !

Avec Endz, il nous arrive d’écrire à trois. Ca fait bizarre, mais ça paie. Enfin, ça ne paie pas vraiment. Bref, on est toujours un peu gênés au début, de s’asseoir tels des gentils garçons pour écrire collégialement un texte. Mais c’est ça qu’est cool avec Endz. On laisse tomber notre vieil ego décati pour se poser en équipe. Là, nos cerveaux encore embués de la veille ne voient pas d’inconvénient à coucher les croustis qui apparaissent sur nos smartphones : Yvette Horner nous a quittés, Donald Trump a vu deux Kim, l’une Kardashian, l’autre Jong-Un. « Comme quoi, avoir des gros seins, ça aide », intervient un habitué des bas de page. En ce matin d’avril également, Kanye adore être bipolaire. Un prêtre s’est fait raccourcir dans son église et les Américains ne savent toujours pas qui est Johnny « Holiday ». Ashamed, ashamed, ashamed. C’est vrai ça, c’est honteux !

En plein coeur du mois de février, nous avons l’idée un peu folle d’écrire, tourner et monter un clip en quelques jours pour ce single. Il n’y a peut-être plus de sous dans la musique, mais les musiciens ont toujours… leur bande. Rendons ici hommage à tous ceux qui répondent présents avant même que nous sollicitions leur aide : Yasmina, Matthieu, Antoine, Val, Charlotte, Piet, Jill, Céline et tous les autres. Sans eux, pas de clip, nada, rien.

Et bisous à nos nouveaux labels, Luik Music et Finalistes : Juliette, Damien, Simon, JB, Nathan et les autres qu’on oublie. Ca fait du bien de se sentir accueillis et épaulés par une nouvelle famille. Sans vous, le monde serait  plus vilain. Vous n’êtes pas très raisonnables de sortir des disques en 2020, laissez-nous quand même vous le dire !

Allez c’est l’heure d’aller promener notre méchant troll dans un clip. L’acteur, c’est Antoine Plaisant, rappelez-vous de ce nom. Antoine Plaisant, dit « Plaisant », dit Mr Fox. En vrai, il est sympa comme tout !

Pré-commande ‘Harmed’ / Stream ‘Ashamed’ / Tickets release party Botanique

++ d’histoires de tournage et de gens nus: Annabel Lee ‘See You Naked’

++ de frites: Alaska Gold Rush sur le tournage de ‘Camouflage’

Categories
Together

Simon Beaudoux: Ma Belgique, de Nameless à ENDZ.

Les histoires avec Simon, elles commencent quand on est encore pas vraiment des adultes. On était une bande de jeunes, rassemblés autours de nos premières bribes de musique. Il y avait Loïc (Endz) et son premier groupe De Profundis, c’était ma première rencontre avec le “rock indé belge” en 1997 — il devait y avoir aussi Moxie et Sharko, à l’époque. Et puis Alex (Dour Festival) qui avait monté le premier webzine musical francophone “Nameless”, pour lequel je m’étais essayé à écrire deux ou trois trucs à propos de, sans doute, Mogwai et/ou je ne sais plus trop quoi. C’est comme ça que j’ai croisé Simon, de Exsonvaldes à Finalistes. Voilà son histoire.
Alex Stevens et Simon Beaudoux

En 1998 je ne suis même pas majeur, mais déjà fan de rock belge. Je prends le Thalys pour aller enregistrer quelques reprises de Zita Swoon à Sprimont, avec Alex Stevens, qui a créé le webzine Nameless, dans lequel j’écris parfois.

Je me souviens lui dire que je trouve “The Ideal Crash” de dEUS super. Il me dit que dEUS, c’était mieux avant.

Je repars à Paris avec le minidisc d’un super album. C’est “45 minutes”, de Flexa Lyndo. Je me souviens de plusieurs concerts de Flexa Lyndo à Paris. En particulier un, à la Guinguette Pirate, quelques jours avant le 11 septembre 2001. Je fais la connaissance de Loïc, le chanteur.

Loïc Bodson, guitare/voix de Endz par Gael de Flexa Lyndo

Je me souviens des premières parties de Flexa Lyndo avec mon groupe Exsonvaldes. A Lille, à Rouen, à Nancy, à Paris. Loic, ou Alex, me présente aussi Thomas, qui est à l’époque batteur de Venus. Et qui viendra nous aider sur une résidence d’Exsonvaldes, à Roubaix. Personne ne le sait encore (sauf lui, peut-être) mais il sortira longtemps après un disque magnifique sous le nom Cabane.

Je me souviens des 5 ans du webzine Nameless à l’Escalier, à Liège. Nous jouons avec Exsonvaldes. Il y a aussi Discochoc, premier groupe de Damien de It It Anita et Luik Music (Damien fera bien des années plus tard la pochette de notre album “Lights”). Il y a aussi Girls in Hawaii, avec qui nous avons déjà joué à la Soundstation, grâce à Anthony, et dont nous ferons ensuite plusieurs premières parties en France et en Belgique, croisant à nouveau Flexa Lyndo, ou Austin Lace.

Je me souviens du concert de Pinback à la Soundstation. De la fête de Venus à l’AB pour la fin de leur tournée. 

Je me souviens des compilations JauneOrange. Du festival de Dour avec Greg et Benoît. Et de Braine-L’Alleud.

Je me souviens du marché aux puces de Bruxelles, un matin après avoir dormi chez Lionel.

Je me souviens d’une reprise de “Love is a better way to travel”, tube perdu de Girls in Hawaii.

Je me souviens de Denis.

Je me souviens du vin du Loir-et-Cher bu à Liège avec Alex et Elena. Du CU Festival et de l’album bleu de Weezer joué en intégralité.

Je me souviens de la promo de “Lights” à Bruxelles. En interview, la journaliste de La Dernière Heure a fait une comparaison très flatteuse entre les textes de l’album et “La Route”, de Cormac McCarthy. Je me souviens que l’interview n’est jamais parue.

Je me souviens d’un bar à Namur, d’une discussion sur Michael Jackson. De l’anniversaire d’Alex à Liège avec Karkwa, et d’un concert à Bruxelles avec Loïc et Kevin. Et du Poulicroc. Du Brussel Summer Festival. 

Je me souviens du premier album de ENDZ, et d’un concert à l’Olympic, avec Fred.

Exsonvaldes à Liège par Mathieu Drouet
Damien Aresta, guitare/voix de It It Anita, label manager de Luik Music
BOX’SON à Jarville La Malgrange par Gael de Flexa Lyndo
Exsonvaldes au Brussel Summer Festival

Je me souviens que pour toutes ces raisons, quand Loïc, Fabrice, Kevin, Damien et Jean-Baptiste ont proposé que Luik et Finalistes s’associent pour sortir le deuxième album de ENDZ, j’ai trouvé que c’était une idée géniale.

“Harmed” sort ce vendredi 13 mars. Le groupe présentera ce nouvel album au Botanique de Bruxelles le 18 mars et au 1999 de Paris le 9 avril.

Pour acheter ou écouter l’album c’est ici et voilà le clip de “Ashamed” réalisé par Mathieu Frances (Ennemi Public).

Tu peux lire ici une autre histoire d’amour de la musique racontée par Max Roy de Lysistrata: la création du label Grabuge Records.

Categories
Together

Grabuge: on est toujours mieux servi par quelqu’un qui nous aime.

Max Roy, c’est la basse et Une des voix de Lysistrata (math-rock, post-rock, post un peu de tout, et surtout putain de génial). Leur dernier album “Breathe In/Out” est sorti en octobre 2019 sur Vicious Circle, Luik Music ET Grand Hotel Van Cleef. toutes ces histoires d’amour ont fini par donner naissance à leur propre label: grabuge. max vous raconte. longue vie au rock indépendant.
Grabuge Records Illustré

C’est en écrivant cette petite histoire dans le train que je me rends compte que Grabuge Records a déjà 1 an, c’était le 1er Février 2019. 1 an c’est le temps qu’on a mis à se décider pour monter le label. On a hésité. Ne voulant pas se lancer dans quelque choses de compliqué, nous voulions juste aider des groupes comme on pouvait avec nos contacts et sortir des disques quand les groupes n’avaient pas de label. Trouver des dates quand ils n’ont pas de tourneurs et les aider à trouver des gens bienveillants pour les accompagner sont aussi le but de Grabuge.

Flipper x Eurosonic 2018 avec Damien

Nous avions été très touchés par l’aide de Blandine Tissot Rosset à l’époque de L’Ogre Rouge (big love) ou de Damien avec Luik Records qui nous ont beaucoup aidé au début de Lysistrata. Ce sont des gens magnifiques qui donnent, créent et partagent de l’amour en permanence.

L’idée a germé au Festival Détonation à La Rodia (Besançon). C’est dans ce festival qu’on a découvert le groupe Truckks et c’était complètement fou ce soir là. Ils jouaient sur la scène du Vladkistan ; scène à même le sol, caisson de basse dans une poubelle, des cris et du pogo.

Suite à ce live, nous les avons invité à notre release party à Bordeaux en Novembre 2017. Ça a très vite collé entre nous, autant humainement que musicalement. En concert c’était comme un mélange d’honnêteté et de violence. C’est rare de voir des jeunes de 17 ans de moyenne d’âge qui te crachent à la gueule les vérités du monde moderne. Nous avons fait le tour des labels et bookeurs que nous connaissions et personne ne semblait motivé pour les aider. C’est à peu près à ce moment la que dans le camion on s’est dit « Sortons leur disque ! » Et voilà le travail ! 

Moulin de Brainans avec les Truckks

Chaque sortie est un coup de coeur. Moloch/Monolyth sont arrivés sans prévenir avec un commentaires sur f***book disant que leur dernier album était stocké dans un disque dur depuis trop longtemps. Quand notre album fut sorti, nous les avons aussi invité (avec Truckks) à L’Iboat en 2017, c’était la fête. 

Notre dernière sortie est « Point Fingers » de The Guru Guru. On les sort en collaboration avec les amours de Luik Records d’ailleurs.  Quand The Guru Guru nous a demandé de sortir leur disque, nous étions vraiment étonnés car nous ne nous connaissions pas vraiment et on avait l’impression d’être encore un trop petit label pour sortir ce genre d’album ; peut être la peur de ne pas être à la hauteur. Nous avions déjà entendu des morceaux de l’album car nous avions joué avec eux à L’Atelier 210 à Bruxelles. C’était vraiment la grosse claque.

Pour ce qui est de la suite, nous sommes en plein dedans. Des choses pointent le bout de leur nez et on a vraiment hâte !

On est toujours mieux servi par quelqu’un qui nous aime.

Si vous n’avez pas encore été frappé par la foudre (voir Lysis en live) écoutez le grand patron de Vicious Circle VOUs mettre l’eau à la bouche.

++ de rock, de pogo, de teuf : notre fête au Petit Bain, comment It It Anita m’a e*luiké