Categories
Releases Videos

It It Anita: making of “More” with Maureen Vdb, director (EN)

FRENCH VERSION HERE
BACK WITH MRNVDB ON THE DIRECTION OF THE VIDEO FOR ” MORE ” BY IT IT ANITA. THE BAND RELEASED “SAUVÉ” ON APRIL 2, 2021.

I think it started with a message from Damien on Slack saying “You wanna make a video for MORE? It’s due in two weeks.” I obviously replied “Come on!”

The initial pitch was: a simple and effective idea. Very quickly we came up with the idea of breaking things because the song is about excessive consumption and we needed something strong at the climax, as the song is built upwards. Then if possible to have a motorized two-wheeler to make a nod to the “Moto Break” (that’s the codename for that guitar part Mike plays at 01:40). The ideas came in all directions. My Production Manager persona thought “Ok, we don’t have much time, we can’t go on a wild goose chase that will take us more than a day to shoot”. So our different scenes had to be shot in the same area. 

By some celestial trick, I think back to the trailer in which my brother and I used to hang out during our teenage years. I hadn’t been back there in ages, so there’s no guarantee it’s still there. I asked my mother to go check because she’s still living in the area and she answered: “Which trailer?” (I had at least the confirmation that our hideout of the time was perfect). No choice then, two days later I made the round trip. The trailer was there, it hadn’t moved an inch and it was even more beautiful than I remembered, because nature had continued to gain ground. At the time it was obvious, we had to shoot there – then my practical side was delighted because we had within reach this trailer but also a field, a grove, a vacant lot and the family house for the lunch break. Now we had to start from there, the location, to build the story with these different elements.

Two buddies in the countryside who are zoning out, getting pissed, breaking things and who, with adrenaline, end up hooking up. Well, all we had to do was to find these two buddies for a rock Sunday in the countryside, in front of our camera. (Oh, yes, and find things to break). In the equation there were still many unknowns: the actors, but also the weather (which everyone knows, in Belgium, in March…), the farmer who owns the land, that we could not reach to get an authorization, and who could show up at any time to put a gunshot in our face, and all those things like a shard of glass in the camera or in the eye that could make this shooting go completely wrong. One could say that luck was on our side. And let me quote Orelsan: If you want to make movies, you just need something that shoots. I was pretty relieved when we said “It’s a wrap” but we weren’t quite there yet.

In the end, between the script and the final result, there is only the bare minimum left. First of all because during the shooting we let ourselves be carried away by the energy of the moment and we were quite confident that we had enough interesting shots even if we left out almost half of the scenes. The same goes for the editing, some filmed sequences were skipped because more than a story that goes from point A to point B, going through this or that stage, it is a general atmosphere and a build-up that we wanted to achieve. But as I said, the core is still there. As it is a co-direction between Damien and me, we wanted to stick together in the editing (in the same way that we passed the camera to each other on the shooting). It is, I think, an unorthodox way to do things in this business, especially on such a short video, but I think we managed to bring out the best of each other. We were each responsible for a part of the video and the other one came to make adjustments, suggest ideas, etc. As he obviously has a different knowledge of the song than I do, his contribution on the rhythm of the editing was also considerable. And then he dealt with my moments of doubt and stress, and that too was considerable.

Once we agreed on the final cut (and after pulling my hair out on a rough color grading because it’s clearly not my job), I was happy but not entirely satisfied and couldn’t figure out why. We prepared the upload as it was, anyway at some point we had to let go, accept that on a piece of work, whatever it is, we always have the impression that it is not finished, and that we could probably do better, and anyway, the deadline approaches, etc. Until I woke up at 5am a few days before the release with an idea… Everything has to be cropped to a 4:3 aspect ratio (that’s the aspect ratio I’ve always preferred to shoot with a little Hi8 I’ve been lent for a long time). It makes more sense with the way we want to tell this story – in fact, it’s striking because when we cropped the image, nothing interesting was happening on the edges – and that was how we filmed (unconsciously). So it was clear, we tighten everything up and we finally find ourselves at the right distance from our characters. We are with them. Damien follows me on this one. It is good, this time, we let go.

Here is the result:

SUBSCRIBE TO OUR NEWSLETTER
STREAM “Sauvé” / ORDER 12″ BLACK LP

Categories
Releases Videos

It It Anita: making of “More” with Maureen Vdb, director (FR)

ENGLISH VERSION HERE
Retour avec mrnvdb sur la conception et la réalisation du clip de “MORE” pour It It AnitA. le groupe a sorti “sauvé” le 2 avril.

Je crois que c’est parti d’un message de Damien sur le Slack du style “T’es chaude on fait un clip pour MORE. C’est pour dans deux semaines.” J’ai évidemment répondu “Allez!”

Le pitch de départ c’était : une idée simple et efficace. On a très vite voulu péter des trucs parce que ça parle de surconsommation et il fallait quelque chose de fort au climax comme le morceau est construit en montée. Puis si possible avoir un deux roues motorisé pour faire un clin d’œil au break moto que Mike joue à la guitare à 01:40. Les idées ont fusé dans tous les sens. Mon persona de prod a pensé “Ok, on a peu de temps, on peut pas partir dans des délires qui nous demandent plus d’un jour de tournage”. Il fallait donc que nos différentes scènes puissent se tourner dans un même périmètre. 

Par je ne sais quelle manigance céleste, je repense à cette roulotte dans laquelle on traînait avec mon frère pendant nos années de glande adolescente. Ca faisait des lustres que j’y étais pas retournée donc aucune garantie qu’elle s’y trouve toujours. Je demande alors à ma mère de vérifier car elle habite encore dans le coin et là elle me répond “quelle roulotte?” (J’avais au moins la confirmation que notre planque de l’époque était parfaite). Pas le choix donc, deux jours après je fais l’aller-retour. La roulotte était bien là, elle n’avait pas bougé d’un centimètre mais elle était encore plus belle que dans mon souvenir car la nature avait continué de gagner du terrain. Sur le moment c’était une évidence, il fallait qu’on tourne là – puis mon côté pratico-pratique était ravi car on avait à portée de main cette roulotte mais aussi un champ, un bosquet, un terrain vague et la maison familiale pour la pause lunch. Il fallait maintenant partir du lieu pour construire l’histoire avec ces différents éléments.

Deux potes en campagne qui zonent, se font chier, cassent des trucs et qui avec l’adrénaline finissent par se pécho. Bon bah on avait plus qu’à trouver ces deux potes partant pour un dimanche champêtre et rock devant notre caméra. (ah oui et trouver des trucs à casser). Dans l’équation il restait encore beaucoup d’inconnues : les acteurs, mais aussi la météo (qui chacun sait, en Belgique, en mars…), le fermier à qui appartient le terrain qu’on n’a jamais pu joindre pour avoir une autorisation qui pouvait débarquer à tout moment pour nous mettre un coup de chevrotine et toutes ces choses comme un éclat de verre dans la caméra ou dans l’oeil qui pouvaient faire que ce tournage parte complètement en couille. On peut dire que la chance a été de notre côté. Et je me permets de quoter Orelsan : Si tu veux faire des films, t’as juste besoin d’un truc qui filme. J’ai été assez soulagée quand on a dit “It’s a wrap” mais on n’était pas encore au bout du chemin.

Finalement entre le scénario et le résultat final il ne reste plus que le stricte minimum. Déjà parce que sur le tournage on s’est laissé porté par l’énergie du moment et on était assez confiant·e·s d’avoir suffisamment de plans intéressants même si on a laissé tomber près de la moitié des scènes. Idem au montage, certaines séquences filmées ont sauté parce que plus qu’une histoire qui va d’un point à un autre en passant par telle ou telle étape, c’est une ambiance générale et une montée qu’on a voulu construire. Mais comme je le disais, l’essentiel est toujours là. Comme il s’agit d’une coréalisation entre Damien et moi, on a voulu se coller tous les deux au montage (au même titre qu’on se passait la caméra sur le tournage). C’est, je crois, une chose peu orthodoxe à faire dans la discipline, surtout sur une vidéo si courte, mais je pense qu’on a réussi à y insuffler le meilleur de chacun·e. On s’est chacun·e chargé·e d’une partie et l’autre venait y faire des ajustements, proposer des idées, etc. Comme forcément, il a une autre connaissance que moi du morceau, son apport sur la rythmique du montage a aussi été considérable. Et puis il a dealé avec mes phases de doutes et de stresse et ça aussi, c’est considérable.

Une fois accordé·e·s sur le montage final (et m’être arraché les cheveux sur un étalonnage approximatif car c’est clairement pas mon métier), j’étais contente mais pas entièrement satisfaite et impossible de trouver pourquoi. On prépare l’upload avec la vidéo telle quelle, de toute façon à un moment il faut lâcher l’affaire, accepter que sur une réalisation quelle qu’elle soit on a toujours l’impression que c’est pas fini et qu’on pourrait sans doute faire mieux et de toute façon la deadline approche. Jusqu’à me réveiller à 5h du mat à quelques jours de la sortie… Il faut tout passer au format 4:3 (c’est le format d’image que j’ai toujours préféré faire avec une petite Hi8 qu’on m’a longtemps prêté). Ca a plus de sens avec la façon dont on veut raconter cette histoire – d’ailleurs c’est frappant au moment de recadrer les images que c’est comme ça qu’on avait filmé (inconsciemment) et que rien d’intéressant ne se passait sur les bords. Alors ça dégage, on resserre tout et on se retrouve enfin à la bonne distance de nos personnages. On est avec eux. Damien est du même avis. C’est bon, cette fois, on lâche l’affaire.

Voici le résultat :

ABONNE-TOI A NOTRE NEWSLETTER
STREAM “SAUVÉ” / ORDER 12″ BLACK LP